Blog

Bonjour, Bonsoir, 

Voici un blog mit à votre disposition afin que vous puissiez en apprendre un peu plus sur ma personne, mais aussi sur les capacités extrasensorielles qui m'habitent. Il va sans dire qu'il regorge d'expériences tant d'ici que d'ailleurs, mais il reste que ce sont les miennes et non pas les votres. Donc, à partir de là, tout ce que vous pouvez faire est de lire le tout comme si c'est un chapitre de ma vie que vous avez entre les mains. Et si jamais vous vous identifiez à quelques-unes de ces nombreuses expériences qu'il va y avoir sur Ce dit blog, sachez que c'est parce que vous allez peut-être ressentir une part de mon message, que ce soit par le biais d'un poème, d'un rêve, voire même d'une transe. 

Sur ce, je vous souhaite à tous et à toutes bonne découverte !

 

Cordialement,

Pascale-Lilianah

L'humour de soi

Humour et stabilite mentale 430x247 1

 

Ah, comme tu me fais rire

Doux et tendre enfant de la Lumière

Au fait, pourquoi te caches-tu derrière ce mur remplit de mensonges ?

Ne vois-tu pas comme tu me fais rire ?

Ose laisser l'humour entrer en toi

Et voit comme il peut être facile de rire de soi-même

Je ne te dis pas de te manquer de respect

Mais juste d'être soi-même

Et de se dire que tout peut s'arranger

Si on y met du cœur et de la volonté

Seul toi le sais

Quand on y réfléchit bien

Ne cherche pas à savoir qui t'écrit

Ni du comment ce message va se terminer

Fait juste tout simplement entrer cette lumière divine qui t'es destinée

Et n'oublie pas

Je t’aime pour ce que tu es.

Partir

La foi

(Avoir Foi en nous-mêmes : Pour moi, le thème «Dieu» dans ce poème signifie la Source, voire même la Vie. Après, c'est à vous de voir comme on dit.)

 

Partir au loin

Et ne plus jamais revenir

Sur ces chemins déjà tracés et vaseux

Oublier tes souvenirs loin derrière

De ceux qui t’ont fait pleurer

Et de ceux qui t’ont fait espérer

Ne pense qu’au lendemain

Et prends ton courage à deux mains

Relèves-toi

Regarde vers le ciel

Et Dieu te pardonnera

Regarde en avant

Et Dieu te guidera

Ne soit pas aveugle de ton passé

Et Dieu t’ouvrira les yeux

Sache que tu n’es pas seul sur cette Terre

Et Dieu t’ouvrira son cœur

Dis-toi que ces expériences t’aideront pour ton lendemain

Continue à rêver

Relèves-toi

Vas-y, élances-toi

Tout le monde autour de toi vit des peines

Semblables ou différentes des tiennent

Mais ils te comprennent

Dis-toi que tu es le seul qui peut changer le cours de ta vie

De ces choix qui font route devant toi

Toi seul peux les choisir

Ouvre ton cœur vers l’inconnu

Part, et ne revient jamais.

Petite fille au Clair de Lune

La petite fille au clair de lune

 

Douce petite fille au Clair de Lune

Envoles-toi vers ton intérieur comme tu aimerais rejoindre cette lune qui est tienne

Ne doute plus de cet horizon incertain

Car c'est en posant un pas devant l'autre que tu vas avancer vers cette route éclairée par la Lune, ta Mère

Voit comme ces étoiles te guident

Qu'elles soient proches ou loin de toi, sache qu'elles sont et seront toujours là pour toi

Et que si tu te mets à douter

Lève ces yeux vers le Ciel et elles vont te montrer le chemin.

L'envol du papillon

Papillon 38 1

 

Vole papillon
Envoles-toi vers ton lieu
Là où tu te sentiras en sécurité
Et là où ton âme sera en paix

Déploie tes ailes
Pour que ce lieu t'accueilles comme ton "Moi intérieur" le fait
Étire tes antennes
Pour que tu sentes la lumière et la sérénité entrer en toi
Ouvre ton cœur
Pour que le calme fasse écho à l'intérieur de toi
Pose tes petites pattes sur une rose blanche
Pour que sa fleuraison te fasses fleurir à nouveau

Vole Papillon
Envoles-toi de plus en plus haut
Là où ces horizons émerveilleront ton regard
Et là où ceux-ci te berceront contre le souffle du vent sur tes ailes
Laisses-toi porter vers ton lieu
Et tu en ressortiras grandi.

L'amour provenant de l'au-delà

Evolution

Âge : 19 ans

 

Lors de cette transe, je suis couchée sur le côté, dont ma tête se repose sur le torse de l'ange noir de type masculin (fraîcheur). À cet instant, un ange blanc de type féminin me réchauffe, mais par en arrière (chaleur). C'est alors que tous les deux m'enveloppent à leur façon, vu qu'il y en a un qui dégage de la fraîcheur et l'autre plus de la chaleur. Tout ce que je peux dire est que je me sens bien entre ces deux entités. C'est comme s'il fait ni chaud ni froid et que je suis en plein équilibre. Alors, pouvoir sentir que l'on nous aime, cela fait toujours spécial, surtout quand ça provient de l'astral. D'ailleurs, je remarque que l'ange noir émet un peu plus d'amour que l'ange blanc à mon égard.

Voici la description de ces deux entités :

  • Ange noir : Il a une peau blanchâtre, les yeux et les cheveux longs jusqu'aux épaules noirs. D'ailleurs, il possède de grandes ailes plumées noires le tout en étant grand, carré et fin de la taille.
  • Ange blanc :  Elle me ressemble le tout en ayant dix à quinze ans de plus que mon âge de l'époque. De plus, elle est grande, yeux et cheveux longs bruns et ce, avec un teint blanchâtre. De grandes ailes plumées blanches lui donnent la sensation d'être tellement belle et douce que cela peut faire peur. 

D'un côté, il m’enveloppe de ses bras sécurisants et protecteurs. Tandis que d'un autre côté,  elle m'envoie de l'énergie chaude, tout en m'enveloppant par derrière. Tout à coup, l'ange blanc se lève, dont il se place devant moi et l'ange noir. Regardant vers le haut ou plutôt, vers le ciel et le cosmos, cet ange aux allures humains bien qu'immortels, jette un regard d’insistance vers l'entité masculine de la place. Elle lui dit ceci : « Il est temps d’y aller. On nous attend en haut ». À ce moment, l'ange noir, ne voulant pas me quitter, se met à me serrer de plus en plus contre lui. Ce dernier finit par se lever à son tour et à aller la rejoindre. En un court laps de temps, je les vois disparaitre comme par enchantement.

Ange terrestre

Ouvrir son coeur

Âge : 18 ans 

Type : Rêve spirituel à caractère libérateur

 

Dans ce rêve, je suis avec mon coup de foudre de l'époque chez lui. C’est vers le mois de novembre je crois, soit en plein hiver. Il fait moyennement froid et il neige. Vers 1h30-2h du matin, je décide de partir, mais lui ne veux pas. En fait, il veut que je reste à coucher sauf que moi,  cela ne me le dis pas, vu que je ne souhaite pas faire l'amour et ainsi me faire du mal. Alors, je dis non, et je sors de son appartement. En sortant dehors, je vois six motards. Il y en a deux qui ont un pistolet, trois autres qui ont un couteau, dont un autre qui a les poings nus. L’un d’eux me dit : « Viens ici ma jolie ! On ne te fera pas de mal... on va juste te violer et de déchirer en morceau ». À ce moment-là, je me mets à avoir peur, dont je lâche un gros cri. Le garçon du départ qui ressent leur présence, tout en entandant mon cri, descend me rejoindre. Il commence à se battre avec eux, mais l’un d’eux (qui a un pistolet) lui tire dessus. De peur et de pitié, je tire le gars vers l’appartement et le met au chaud, puis je ressors. Je ne sais pas ce qui me prend, mais je retourne dans gueule du loup. En resortant, je vois mon ange gardien (féminin) à ma gauche et mon démon (masculin) à ma droite. L’ange (Elle me ressemble le tout en ayant dix à quinze ans de plus que mon âge de l'époque) dans mon rêve signifie la protection, tandis que mon démon (Un homme couleur rougeâtre avec des cornes et une queue de diable) symbolise la force et la détermination. Je vous le jure que quand je les vois se croiser du regard, je ressens qu'ils se connaissent depuis fort longtemps et qu'il y a une complicité entre les deux. En une fraction de seconde, je pense qu'ils font déjà des galipettes entre-eux depuis un temps….  Je reste comment dire.... bouche-bée.

À cet instant, le démon s’avance vers moi, tandis que l’ange recule de la scène. Du coup, mon démon commence à entrer en moi. Ma peau se met à devenir plus rouge, dont des cornes me poussent sur le devant de la tête et une queue brandit à l'arrière. Je me sens d'un coup plus forte qu’à l’habitude. Transformation finit, je fais des acrobaties chinoises ou japonaises, dont je réussis, soit en peu de temps, à tuer les six motards. Juste le fait de les démolir me procure un sentiment de détermination, un peu comme si je suis invincible ou du moins, immortelle. J'en perd presque le contrôle de mes moyens.

Après cette scène, le démon sort de mon corps, puis quitte. N’ayant plus de force dans les membres, je me laisse tomber sur la neige. Mon corps a trois coups de pistolet proche du cœur. À ce moment, l'ange s’approche de moi et avec ses mains, elle me souffle dessus. Celle-ci me soulève dans les airs sans me toucher, puis me met droit devant elle. Une lumière scintillante se met à m’envelopper, dont des ailes blanches commencent à me pousser au niveau des omoplates. Cela fait tellement mal que j'en ressens tous mes tendons s’entortiller les uns aux autres, comme s'il y a un moignon... un genre de nœud. D'ailleurs, elles sont presque aussi grosses que moi. Mes cheveux se mettent aussi à s'allonger le tout en avant une longue robe blanche qui traine par terre comme tenue. Je ne sais pas comment l’expliquer, mais quand ces ailes se développent et prennent ainsi de l'ampleur, je me sens déchirer de l’intérieur, comme si elles proviennent réellement de mon propre corps et non d’une magie, ou d’une greffe quelconque. C'est alors que l’ange me repose par terre, me fait un clin d’œil et part tout doucement derrière moi. Je n’en crois pas mes yeux : je suis un ange, un vrai de vrai ! Ne voulant pas rêver, je me met de la neige sur le bras, dont j’ai des frissons. Je me mords aussi le bras pour pouvoir ressentir que c'est bel et bien la réalité. Finalement, j’ai mal !. Je prends de la neige dans mes mains, tout en soufflant dessus. Cela donne l'impression que c'est de la neige scintillante, un peu comme des millions de petits cristaux qui s'envolent au vent. Reprenant mes esprits, dans ce rêve, je vais vers le gars dans l’appartement. Je lève alors son chandail, puis avec mes dents, j’enlève la balle qu’il a en lui. Revenant un peu à lui, il me dit d’une voix basse : « (...) est-ce bien toi ? (…) … (…) » Puis je repars en paix, laissant derrière moi mon coup de foudre sauvé par un ange. En m’en allant, mes ailes se replient sur elles-mêmes de sorte qu'elles rentrent en moi. 

Au réveil, je me mets à avoir un de ces mals de dos. C'est insupportable. Juste le fait que l'on me touche le haut du dos et j'en pleure presque. Un peu plus tard, je me rends compte que j'ai trois gros noeuds, lorsqu'un ami me masse à cette région. D'ailleurs, je lui en remercie, car si non, il est vrai que ma santé aurait pu s'aggraver davantage !  

La graine

L ouverture

 

Au-delà de ces paysages les plus magnifiques

Se cacha une graine aux milles couleurs

Dont une douce musique des plus lointaines

Berça cette graine

Telle une Mère pour son enfant

La paix qu'elle éprouva dans son cœur fut immense

C'était comme si elle lui disait de garder espoir et de sourire à la vie

Une ouverture est née

Soit celle de cette Lumière divine qui émana du plus profond de sa coquille

S'ouvrir à la vie

Et garder la Foi

Tel furent son destin

Car plus elle garda sa tige droite

Et plus elle rejoignit cette Lumière intérieure qui est sienne.